15 octobre 2016.

Pas très prudent de se promener dans la garrigue pour faire des photos de scorpions en pleine journée de chasse...

J'ai croisé un chasseur (gentil et aimable, c'est rare !), qui semble bien étonné de me voir accroupi en train de photographier le sol, mais je n'ai pas vu de gibier !

Petite visite à nos amis les Buthus occitanus par cette belle journée ensoleillée, au lendemain de gros orages...
Tout est bien humide, et je me demande comment les scorpions résistent à ces pluies torrentielles...

Apparemment, sans trop de problème !

Parfois, certains ont choisi leur pierre en plein dans la zone de ruissellement des eaux (là où c'est le plus sableux et le plus facile à creuser), mais ne semblent pas vraiment dérangés par ce qui a dû être une terrible inondation tumultueuse la veille  ! (un véritable petit torrent, vu les précipitations et les traces !)

Comment font-ils pour résister ? Mystère !

Même les petits bébés de l'année sont bien là, et d'autres juvéniles (2 à 3 cm) qui ont un peu plus creusés leurs loges...
C'est marrant, parce que sur la zone où j'observe ces nombreux bébés, je ne vois aucun adulte...
Où sont-t-ils ? (s'il y a des bébés dans le coins, il doit bien y avoir des parents, aussi, non ?)
Mais les adultes sont loin de leur progéniture...(100 à 150 mètres)

Les adultes, eux, se sont choisis de belles et grosses pierres un peu plus à l'abri et non exposés aux intempéries (l'expérience ?).
Je constate des loges plutôt bien creusées et parfois assez profondes, y compris pour les juvéniles...

Un petit jeune (4 cm) aux belles couleurs orangées me fait un clin d’œil, il est rigolo car il essaye toutes ses techniques (défense, attaque, fuite, se cacher, faire le mort, docile...) alors je le prend en photo :


P1100841-1_BW

 



Juste à côté, une mante religieuse m'observe, aussi étonnée que le chasseur de me trouver là, en pleine garrigue...

P1100804-1_BW