Cela va faire 2 ans maintenant que je m'intéresse aux scorpions, suite à mon déménagement de Savoie en Provence.
Ce fût d'abord la découverte d'Euscorpius Flavicaudis dans ma nouvelle maison (à mon grand étonnement !), puis de Buthus Occistanus dans les collines avoisinantes. Je n'avais pas l'habitude...

Je suis donc un "petit nouveau" dans le domaine des passionnés, mais c'est vrai qu'ayant la chance d'habiter dans une région de France où il y a une forte présence de scorpions, cela m'a permis de faire de très nombreuses rencontres avec nos amis.
Depuis lors, j'aime me promener dans la garrigue, soulever quelques pierres, observer et photographier les scorpions, surtout le Buthus o. qui me fascine tant par son esthétique parfaite qui me plait vraiment beaucoup, mais aussi par son comportement incroyable, si pacifique en dépit de l'arme redoutable que lui a donné la nature, depuis le fin fond des temps...

Et puis à chaque visite, je suis surpris ! Soit par un comportement auquel je ne m'attendais pas, des cohabitations étranges, des constructions de loges surprenantes, des spécimens ultra dociles, certains même qui "font les morts", d'autres beaucoup plus agressifs (très rarement !), des accidentés de la vie qui ont perdu un bras ou une patte mais qui se débrouillent pourtant super bien, des juvéniles plein d'énergie, des spécimens fraichement mués tout étincelants dans leur nouveaux habits, et parfois même des naissances, toujours très émouvantes...

Bref, finalement, à force de crapahuter la colline au cours de ces 2 dernières années, et à toutes les saisons, j'ai bien dû rencontrer et photographier 250 à 300 spécimens différents, pris plus de 5000 photos (pas toutes réussies ni intéressantes, je vous rassure ! ), et toujours avec beaucoup de plaisir, jamais rassasié...
J'ai aussi essayé de partager un peu tout ça avec vous, sur ce fil, au fur et à mesure de mes découvertes.

A la maison, les Euscorpius Flavicaudis sont chez eux: de la cave au grenier, en passant par la salle de bain et les placards de la chambre...
L'Euscorpius f. est très courant dans les vieilles maison en Provence, on en trouve presque partout.
Allez savoir pourquoi, mais cette espèce s'est très bien adaptée à l'homme, et a décidé qu'il était intéressant de squatter les murs de pierre des caves et garages, qui peut-être attirent aussi des proies faciles pour eux. Il y a par exemple un mur en moellon dans mon garage sur lequel il y a en permanence des grillons domestiques (je ne sais pas pourquoi sur ce mur en particulier, la fraîcheur peut-être ?), et pas bien loin, un vieux mur en pierre, avec des Euscorpius pas très bien cachés dans les fissures...

Mais ce dimanche, c'est bien dans les collines que j'ai décidé d'aller me balader, appareil photo autour du cou. J'ai choisi un site où je ne vais pas souvent car un peu plus loin de chez moi (bof, 20 minutes de voiture ! Mon site habituel est à 10 minutes  ;) ), mais où la balade est belle, et où les colonies de Buthus s'étendent sur plusieurs kilomètres de façon ininterrompue. J'y suis déjà passé plusieurs fois l'année dernière et en 2012, aussi je connais bien le coin et certains spots bien précis où je suis sûr de revoir quelques spécimens déjà rencontrés précédemment...

La voiture garée, il y a 10 minutes de marche en grimpant dans la foret ombragée de pins et de chênes verts pour accéder aux premières pentes dégagées et ensoleillées, où je suis sûr de trouver ce que je cherche.

Et puis sur le sentier, juste avant d'arriver à la piste quasi carrossable (4x4) qui délimite la forêt de l'espace un peu plus sec et moins arboré où je sais que je vais pouvoir trouver des Buthus, je vois une pierre au beau milieu du chemin, que je décide sans trop savoir pourquoi de soulever. On est encore à l'ombre des arbres, donc très peu probable de trouver un Buthus sous cette pierre, et que d'habitude je ne soulève donc jamais.
Et à ma grande surprise, voilà ce je vois:

Euscorpius Flavicaudis


Un Euscorpius Flavicaudis ! Ah ben ça, voilà que je soulève une toute première pierre au tout début de ma balade du jour, et que je trombe direct sur un scorpion, mais pas du tout l'espèce à laquelle je m'attendais ! La ballade s'annonce pleine de surprises !

C'est la première fois que je découvre un Euscorpius directement sous une pierre, dans la forêt. Les quelques spécimens que j'ai vu dans la nature jusqu'à présent, c'était dans des vielles ruines ou des vieux mûrs de pierre... mais jamais dans la forêt, sous une pierre, à même la terre...

Il se trouvait sous la pierre triangulaire en bas et au centre de la photo:
P1070115-1_BW
Du coup, je regarde sous les pierres à 10m à la ronde: Banco ! Je trouve 8 spécimens, à différents stades (2 juvéniles et 6 adultes notamment). Une "colonie" ?
Les Euscorpius sont directement sous la pierre, et sur la terre, sans terrier ni loge creusée, juste sous la pierre, un peu comme certains Buthus très flemmards ou en logement temporaire...

Le plus surprenant, c'est que je m'aperçois que je me trouve à peine à 8m en dessous de la piste, et que je sais que de l'autre côté de la piste, il y a des Buthus, juste au bord !

Allons bon ! Il y aurait-il des Buthus Occitanus vivants sous des pierres à moins de 10 mètres de leurs cousins Euscorpius en plein milieu naturel ? Et bien... OUI ! 

La piste: Euscopius f. juste en contrebas, sous les pins à droite:
Euscopius f. juste en contrebas, sous les pins à droite
De l'autre côté de la piste, le coin des Buthus:
(pour donner une idée, on peut estimer à au moins une dizaine d'individus vivants sur cette zone photographiée. J'en ai vu 4 en soulevant 7 cailloux, mais je n'ai pas trop cherché, d'autres endroits m'intéressait plus...)
le coin des Buthus
Je rejoins la piste juste au dessus, soulève 2 pierres, et voilà !
Un juvénile Buthus occitanus


Je suis exactement à 8m de la position du dernier Euscorpius découvert, coordonnées GPS précises à l'appui !
Pour moi, c'est une grande surprise, car je ne savais pas que les 2 espèces pouvaient partager le même biotope, à l'ombrage prés de quelques pins... Je suis stupéfait !
Euscorpius Flavicaudis adulte


Si ça se trouve et même très probablement, les 2 espèces se rencontrent lors de leur ballades nocturnes, ni vu ni connu...
Eh bé... On en apprend tous les jours !

Euscorpius Flavicaudis adulte


La densité des Euscorpius dans cette forêt me surprend un peu aussi: je n'ai exploré que 10m à la ronde suite à la première découverte, sans trop insister (je venais surtout pour les Buthus, mes préférés !), mais de tout évidence, ils sont là et bien là ! Ils ont aussi l'air d'être en pleine santé. C'est génial !

 

P1070078-1_BW


Des bébés pour bientôt, à mon avis !
Euscorpius Flavicaudis, femelle pleine

Euscorpius Flavicaudis, mâle adulte


Malgré cette découverte pour moi, la suite de la balade sera consacrée comme prévu aux Buthus, où je retrouve certains de mes vieux copains, cachés sous des pierres que j'avais marqué lors de mon précédent passage, à l'automne dernier.

Buthus Occitanus, jeune adulte

Buthus Occitanus adulte


Ici aussi, les colonies se portent très bien !

Stade 3, et 1,7cm depuis peu:

Un juvénile Buthus occitanus et son éxuvie


Un mâle qui joue les équilibristes, avec l'aide d'une fourmis pour faire contrepoids ! J'aime bien cette photo...

Buthus Occitanus, adulte mâle


Que de vie, que de santé !
Vu beaucoup de juvéniles (stades 3 ?) mesurant à peine 1,5 cm, les naissances de Juillet et Août dernier sans doute, mais qui ont bien passé l'hiver, malgré les sangliers dont je constate les gros dégâts et les pierres renversées, partout...

Tout le long de la balade (environ 5 km), je vois que les Buthus sont bien là, au bord du sentier, petits et grands, et cela me réjouis au plus haut point !

J'ai bien dû trouver une bonne quarantaine de spécimens dans l'après-midi, tous en super santé, avec des juvéniles très rapides à l'ouverture de la pierre, et aussi pour ces très jeunes: jamais de loge creusée (à peine un petit "nid", mais pas de trou).
Les adultes sont plutôt dociles, pas vu de réaction agressive ou de défense énergique. Certains se laissent même photographier comme des stars sur la Croisette ! Sans chercher à fuir...

Une femelle pleine, très calme:

Buthus Occitanus, adulte femelle, pleine

Buthus Occitanus, adulte femelle, pleine



Je trouve finalement un sentier de retour que je ne connaissais pas, mais qui me permet de faire une belle boucle, et de temps en temps, à droite ou à gauche du chemin, je soulève une pierre ici et là: j'y trouve presque toujours un Buthus...

Je rentre lentement, doucement, la tête encore remplie de scorpions, et de satisfaction: en Provence, nous avons la chance d'avoir les 2 espèces Françaises les plus communes qui cohabitent apparemment sans problème, à quelques mètres, en toute simplicité ! Quelle chance incroyable !

La suite au prochain numéro ?