Un peu d'infos sur le matériel employé dimanche 18 Mai 2014 pour photographier nos amis:

Photo0305-1_BW



Appareil photo: Bridge Panasonic Lumix DMC FZ-200 24x 25-600mm f/2.8 ouverture constante à f/2.8 (env. 350€)
Macro: Bonnette macro Raynox DCR-150 (50€)
Diffuseur: pour flash interne uniquement (2€)
Mini trépied: Joby GorillaPod Hybrid (20€)
Télécommande: sans fil, permet d'éviter le "bouger" au déclenchement sur les poses lentes. (20€)

Un autre accessoire qui n'est pas sur la photo: une boite en plastique transparente (petite boite de coton-tiges avec couvercle).
Cette boite me sert parfois pour ramener un spécimen qui se serait trop éloigné de sa loge, car je tiens à "reloger" au même endroit les scorpions que j'aurais pu faire fuir en les débusquant.
C'est assez rare néanmoins, car la plupart préfèrent rester proches de leur pierre, et ne cherchent pas à s'enfuir loin.

Mais cela semble dépendre de pas mal de facteurs: qualité de la loge (profondeur, terrier aménagé/travaillé/creusé), "éveil" du spécimen selon la température, la période de l'année, ou la phase de vie du scorpion.
Les juvéniles (surtout les tout jeunes, type stade 3, moins de 2 cm) ne creusent généralement pas de loge, juste un tout petit espace entre la pierre et le sol: ils ont tendance à s'échapper vite et abandonner très rapidement leur "maison". Ils peuvent parcourir 1 mètre en cinq secondes et il faut être très attentif si on ne veut pas les perdre de vue... (surtout si on est concentré sur les réglages de son appareil photo pour essayer de shooter cette toute petite chose qui courre très vite !).

Dans ces cas là, après les éventuelles photos, je pose simplement la boite en plastique sur le sol et j'invite le scorpion à y grimper. Je ne manipule jamais directement les spécimens, pas de pinces ni de préhension directe !
Ensuite je le dépose sous sa pierre là où je l'ai découvert, et je m'assure que la loge et la disposition de la pierre est identique à ce qui était avant mon passage.

Avec l'habitude maintenant, cette technique se passe vraiment en douceur et naturellement, et il est étonnant de constater qu'un scorpion "vadrouilleur" qui a tant cherché à se cacher ailleurs en explorant toutes les possibilités alentours, semble finalement "reconnaître" sa loge (après tout, c'est lui qui avait choisi cet endroit comme étant adéquat pour lui !) et y rester sans problème une fois re-déposé chez lui. Certains s'attaquent même immédiatement à quelques travaux de terrassement et de rénovation pour virer les quelques amas de sable ou de terre éventuels qui auraient pu glisser à l'ouverture du "toit"...

A noter que cette "technique" permet aussi d'éviter qu'il y ait trop d'individus en vadrouille et non surveillés autour du lieu de prise vue. Comme vous le savez, la densité de population est importante, et il peut y avoir plusieurs scorpions adultes sur une surface de moins de 1 m2. La prise de vue au ras du sol oblige souvent à s'allonger, et donc éventuellement à déplacer d'autres cailloux involontairement, cailloux sous lesquels il y a parfois (bien souvent) des... vous avez deviné !  ;)
Inutile donc de rajouter du danger à ce qui existe déjà.

Je n'ai eu qu'un petit problème à ce propos pour l'instant, un juvénile stade 3 de moins de 2cm qui avait grimpé sur mon pantalon pendant que je photographiais un autre spécimen, je ne l'avais pas vu, j'ai dû peut-être bouger une pierre et le déranger involontairement, j'ai posé mon bras sur ma jambe où était monté le petit scorpion, il m'a piqué, normal... et je l'ai très bien senti malgré la micro-dose de venin !  :roll:  Petit mais puissant ! 
Pas de danger, mais ce n'est jamais bien bon de se faire piquer, surtout à de nombreuses reprises.
J'essaye donc d'éviter ce risque au maximum, mais il n'y a pas de vitres de protection dans "mon terrarium" géant...